14/06/2004

Anicroche

Pour toi, Marie-Pierre, Que ta jeunesse soit notre avenir.

 

Une simple anicroche accroche ton cœur déboussolé,

Que seule ta jeunesse t’empêche de réaliser

Que tu sombres corps et âme dans un puits sans fond.

Eau noire et triste, folie et déraison.

 

Mince frontière où tu chutes dans l’eau glacée

Voulant marcher fièrement vers ce passage clos.

Délicate funambule sur une pellicule givrée

Jugement erroné, Manque de force te collant à la peau.

 

Ouvre les yeux, jeunesse et futur de ce monde,

Bats toi sans cesse contre les créatures immondes.

Détresse, érosion des sentiments les plus nobles,

Prétentions, tensions, amertume, plongeant dans l’ignoble.

 

Une simple anicroche faisant basculer du rêve au réel,

Passant de contacts charnels à un empire virtuel.

Pourtant il te faut vivre ta propre vie et l’écrire,

Et ne jamais laisser le droit de s’emparer d’un de tes soupirs.

 

04:46 Écrit par Dydou d'Orcanie | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

simplement te dire... que j'aime beaucoup venir te lire...

Écrit par : Sweeety | 14/06/2004

Très joli Poème tout en douceur et en dentelle...A bientôt

Écrit par : Neige | 14/06/2004

Point d'amertume, nos soupirs sont nos jardins secrets...

Écrit par : Hollynx | 14/06/2004

Romans, nouvelles,... Moi aussi j'avais pensé ouvrir un autre blog pour y mettre mes nouvelles (pour mes 2 romans, je suis en pourparlers avec des éditeurs) mais franchement je ne crois pas que les personnes qui surfent cherchent ce genre de choses...Je suis une lectrice assidue (+ de 2 bouquins/semaine) mais jamais je ne lis les longs articles sur les blogs. Je préfère tenir entre mes mains du bon vieux papier et "m'installer" pour lire. Devant un écran c'est vraiment pas confortable...A bienôt Dydou

Écrit par : Neige | 16/06/2004

héééééééé où est passé mon ti poete ? djuuuu 5 jours sans tes nouvelles ...... reviens vite

Écrit par : Ange | 19/06/2004

Les commentaires sont fermés.