03/07/2004

Flamme.

Une flamme qui danse,

Vibrante, sinueuse et voleuse.

De la cire qui coule, sirupeuse,

Stalactites de démence.

 

Une flamme qui crache,

Ejaculant sa lumière en espoir.

De la cire qui s’éclate en panache,

Glissant en serpent vers le noir.

 

Une flamme tumescente

Sous le vent frétillant soufflant.

De la cire en ébauche s’amplifiant

Stalagmites en attente.

 

Une flamme ogivale,

Attirante, illusoire fanal.

De la cire comme trophée

D’une concise existence consumée.

 

Une fumée survivante et acre,

Ambassadrice des ténèbres

Jette un dernier simulacre

A cette éphémère lumière.

 

Une flamme éteinte,

Morte sans âme et sans plaintes.

De la cire en œuvre inachevée,

Invisible et oubliée.

 


10:42 Écrit par Dydou d'Orcanie | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Sans voix... Vraiment superbe ton texte... Quelle maestria...A bientôt cher Dydou

Écrit par : Neige | 03/07/2004

Sensualité Elle est pleine de sensualité cette flamme, j'aime bien ton poème. Je reviendrai lire tes mots.

Écrit par : Le rêveur | 03/07/2004

**** juste pour te faire un tit coucou , bisous

Écrit par : Ange | 07/07/2004

... J'ai cueilli ici les coquelicots que tu m'as permis de prendre. Je les repiquerai dans mon jardin à la fin du mois, au retour de vacances... Merci...

Écrit par : Cri | 07/07/2004

Les commentaires sont fermés.