13/07/2004

Grisaille.

 Je me réveille ce matin et je jette un regard par la fenêtre. Cela ne donnera que ceci:
 

Grisaille,

Sans bruit de marmaille

Confinée section canapé

Abrutie devant la télé.

 

Ciel bas,

Pesant de son poids

Attisant humeur maussade,

Ténébreuse accolade.

 

Orages,

Privant de plage.

Forets vides et villes désertées,

Intérieures hostilités.

 

Grisaille,

Sans bruit de marmaille

Confinée section mélancolie

Guettant une embellie.

 

Ciel noir,

Eteignoir d’espoir.

Nous laissant en attente

De journées plus clémentes.

 

Averses,

Entailles perverses

Embuant les carreaux,

Transperçant la peau.

 

Soleil,

Signe de vie et d’éveil.

Dès que tu seras là,

On oubliera tout cela.


08:57 Écrit par Dydou d'Orcanie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.