19/07/2004

On dirait...

On dirait la fin d’une époque,

Un arbre qui perdrait ses feuilles.

Simple péché d’orgueil,

Une chute équivoque.

 

On dirait la fin du renouveau,

Tout qui s’efface sous l’oubli.

Parade d’ennuis,

Illusoires promesses et faux cadeaux.

 

On dirait des pleurs

Venus d’une légitime ambition.

Vague à l’âme et douleurs,

Simple acte de contrition.

 

On dirait la vie

Dans ce qu’elle à de plus cruel.

Résumant un tout dans un duel.

Fresque épique d’allégories.

 

On dirait la limite d’un rêve,

Un arbre qui se viderait de sa sève.

Des vapeurs qui s’estompent,

Des souvenirs qui trompent.

 

On dirait le bout du chemin,

Carrefour perdu aux voies sans issues.

L’antichambre du destin,

Clairière où j’attends ta venue.

 

On dirait un coup d’épée

Que l’on assène sans remords.

Une carcasse d’arbre mort

Couchée pour l’éternité.

 

On dirait un vent vide

Ne colportant qu’un soupir.

Une envie d’encore affaiblir

Soufflant cynique et candide.

 

On dirait la fin,

Torrent de chagrins.

Il ne reste que la force des larmes,

La puissance du charme.

 

On dirait que l’on trépasse,

Mais ce n’est que renaissance.

Pour rejaillir de cette crevasse

Par delà les pires souffrances.

 

On dirait un « je t’aime »

Crié du fond du cœur.

Il en a ses formes et ses couleurs,

Ses blasphèmes et sa vie de bohême.


13:17 Écrit par Dydou d'Orcanie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Ton blog ...un "Je t'aime" crié du fond du coeur...Il est si beau...Merci

Écrit par : Ava Noor | 26/07/2004

(*) Tu devrais vraiment penser à chercher un éditeur!
Bonne continuation*¨¨*¨*
Dans les abîmes du temps à explorer ton don *¨¨**

Écrit par : AurorelfiK | 26/07/2004

Les commentaires sont fermés.